Les effets secondaires

L'homéopathie est censée n'avoir aucun effet secondaire. Et même dans certains cas, les produits homéopathiques peuvent être utilisés pour éliminer les effets secondaires provoqués par un traitement conventionnel.

Les patients confondent souvent les effets secondaires avec des aggravations. Une aggravation est une exacerbation des symptômes observés suite à la prise d'un médicament. Une exacerbation a rarement lieu quand l'état d'un patient est très grave, pendant des migraines très fortes, les règles ou un état d'inflammation par exemple. Bien que ce soit très rare, des aggravations peuvent intervenir les premiers jours suivant l'absorption d'une première dose chez des patients particulièrement sensibles au médicament choisi ou si celui-ci est mal utilisé.

D'une façon générale, les effets secondaires sont provoqués par des substances qu'on appelle les toxines, qui préservent les aspects vénéneux des substances thérapeutiques. Par exemple l'aspirine peut être à l'origine des ulcères. Les effets secondaires sont alors la conséquence de la réaction d'un organisme à la toxine. Ce problème peut rtouche des patients à la suite de traitements administrés de manière traditionnelle. Cependant, dans le cadre de l'homéopathie, ces effets sont réduits par la dilution, qui laisse substister essentiellement les effets thérapeutiques.

Si certains malades se plaignent de fatigue lors de l'utilisation de produits homéopathiques, il faut savoir que la fatigue n'est pas un effet secondaire à proprement parler. En effet, notre corps recherche la meilleure voie de guérison, et souvent d'ailleurs le repos suffit à lui seul. Pour agir contre une toxine, notre organisme doit se mobiliser comme pour combattre un ennemi. Il est donc nécessaire pour lui de récupérer ses forces suite à un grand effort. Si la fatigue est une réaction, elle ne peut pas être considérée comme un effet secondaire.

C'est pourquoi on fait référence à l'homéopathie comme étant une médecine douce et sans danger. Néanmoins, ces caractéristiques n'en font pas une médecine nécessairement inefficace.