La dilution

 La dilution infinitésimale

dilution-en-hom-opathie-2-1.jpg

Lorsqu'il faisait ses expériences sur la quinine, Hahnemann fut amené à utiliser des doses diluées et s'aperçut rapidement que la dilution augmentait le pouvoir thérapeutique de la substance utilisée.  Ainsi, le remède aboutit à un niveau particulier de concentration appelé « l’infinitésimal ».

A l'époque en effet, afin d’éviter de nuire à la santé de ses patients, Hahnemann, lors de ses expériences, utilisait des médicaments à très petites doses. Cependant, avec le matériel peu performant de pesage de l’époque, ses doses demeuraient toxiques malgré leur association à un substrat neutre tel que le lait. Il mélangeait alors de façon parfaitement homogène, une portion de substance toxique à neuf portion de substance inoffensive. Malgré sa forte dilution, Hahnemann constata que les résultats de ses expérimentations ne perdaient pas de leur valeur. C’est ainsi qu’il en vint à diluer toujours davantage ses préparations, donnant naissance à ce principe de dilution. Dès les débuts de l’homéopathie, les médecins ont tenté, sans cesse, de diluer toujours plus les substances toxiques, jusqu'à obtenir des doses ultramoléculaires : ils se focalisaient sur « l’infiniment petit » avec la volonté de visualiser les limites de ce qu’on vint à appeler « l’infinitésimal ». 

Les différents types de dilution 

CH= centésimale hahnemannienne

Il est procédé à  des dilutions successives et pour passer d'une unité CH à  la suivante, un volume de la dilution précédente est dilué 100 fois. 

CH123456789101112> 12
Nombre de
molécules
1022 1020 1018 1016 1014 1012 1010 108 1 000 000 10 000 100 1 0

 

À des dilutions de 12, et a fortiori de 15, voire 18 CH, la totalité des flacons ou des granules ne comprend statistiquement plus une seule molécule du produit actif. Après chaque étape, la solution est secouée selon un procédé appelé "dynamisation". 

La dynamisation

Appareil de dynamisation
Si Hahnemann ne mentionne nulle part l’utilité du principe de dynamisation, c’est néanmoins un principe considéré comme indispensable à l'efficacité du remède homéopathique. En effet, selon certaines traditions, les médicaments livrés après avoir passé une journée entière sur les routes cahoteuses, étaient nettement plus efficaces, sans qu'aucune démonstration ne puisse être apportée à cette théorie. Le Dr Tyler Kent (1849-1916), grand homoépathe de son époque, dit : « Jusqu’à ce jour aucune règle n’a pu être arrêtée pour la détermination de la meilleure dynamisation à utiliser ». De fait, l’explication du phénomène de dynamisation fait actuellement toujours l’objet de débats et d’hypothèses scientifiques non résolues.