Interview avec Gilles Chaufferin

Interview téléphonique avec Monsieur Gilles Chaufferin, Directeur général adjoint chargé de la Recherche et des Relations Institutionnelles des Laboratoires Boiron

Pouvez-vous me décrire en quelques mots l’entreprise Boiron ?

L’entreprise Boiron est une entreprise médicale familiale, localisée à Lyon. Elle a un chiffre d’affaire de 550 million d’euros et emploie plus de quatre mille personnes dont environ 2800 en France.

Il y a-t-il une différence entre l’allopathie et l’homéopathie ?

D’après nous il n’y a pas vraiment de différence entre l’allopathie et l’homéopathie. Si ce sont deux modes de fabrication et de fonctionnement différents, tous deux guérissent nos patients. Vous allez ensuite me demander si l’homéopathie est une “vraie” médecine. Bien sûr que oui, elle l’est, comme tout autre médecine. Si autrefois il n’y avait pas forcément les preuves nécessaires pour le prouver, désormais des études ont été menées pour le prouver.

Comment sont fabriqués les produits homéopathiques ?

Les médicaments sont fabriqués comme tout autre médicament, dans un laboratoire selon les lois homéopathiques, à savoir la dilution, l’infinitésimal et la globalité.

Nous traitons de l’homéopathie et de son utilisation dans le monde entier. Nous voudrions donc savoir si les produits homéopathiques sont de plus en plus populaires.

En France comme à l’étranger, la vente de produits homéopathiques est bien en hausse.

Pourquoi pensez-vous que l’homéopathie est très utilisée dans des pays moins développés en Asie par exemple ?

C’est très utilisé en Inde en effet, pour des raisons purement historiques. En effet, Gandhi a promu l’usage de l’homéopathie. C’est également très utilisé en Amérique latine, au Brésil par exemple pour la même raison : il existait un grand tissu médical homéopathique là-bas. Mais à part ça, dans le monde, c’est très peu utilisé dans les autre pays en voie de développement.

Que pensez-vous du déremboursement?

Je ne dirai pas que la question du déremboursement soit encore réellement d’actualité car cela fait un moment qu’on ne nous en parle plus. Cependant, le déremboursement effectué il y a quelques années s’est déroulé en même temps que pour les autres produits médicaux.  Quand le taux de remboursement a baissé de 30% pour l’homéopathie, la même chose est arrive aux médicaments dits “normaux”.

Pourquoi pensez-vous que vos patients choisissent l’homéopathie plutôt que d’autres médicaments ? Qu’attendent ils de l’homéopathie ?

D’après des études récentes, nos patients ne choisissent pas l’homéopathie plutôt qu’autre chose. Les médecins ont tendance à leur prescrire l’homéopathie ainsi que d’autres médicaments. Ce qu’ils attendent de nos produits, c’est la sécurité. Aujourd’hui les gens ont souvent peur, ils préfèrent donc se guérir grâce à une thérapie douce et sans effets secondaires.

Donc l’homéopathie fonctionne bien chez tous ?

L’homéopathie marche en effet pour tous: pour les enfants et pour les adultes. Elle a tendance à être moins utilisée chez les personnes âgées cependant. L’homéopathie n’a pas de limite d’âge, elle fonctionne chez tous sans risque.

Les produits homéopathiques ont-ils tendance à mettre plus longtemps à guérir que d’autres ?

Non, non, on ne va pas forcément mettre plus de temps pour soigner avec des produits homéopathiques qu’avec d’autres médicaments. Si c’est une maladie assez bégnine, le temps de guérison sera très rapide. Bien sûr, elle prendra peut être un peu plus longtemps pour guérir des maux de tête par exemple, que le Doliprane, mais, encore une fois, elle ne possède aucun effet secondaire.

Les médicaments homéopathiques peuvent-ils également servir de médicament de prévention ?

Oui, l’homéopathie sert en effet comme outil de prévention. Avant l’hiver, il est commun pour des enfants qui ont fréquemment des bronchites par exemple, de prendre les médicaments de manière régulière et préventive.

Aujourd’hui il existe de nombreux débats sur le bon fonctionnement de l’homéopathie. Beaucoup de personnes assurent que l’effet placébo joue un grand rôle dans son fonctionnement. Qu’en pensez vous ?

Oui, bien sûr que l’homéopathie joue sur l’effet placebo, comme tout médicament d’ailleurs. Cependant, il est impossible de dire que l’homéopathie ne fonctionne que sur ce principe. Des études récentes ont prouvé le bon fonctionnement de l’homéopathie contre les bouffées de chaleur de la ménopause, dépourvue de l’effet placebo. 

Pensez vous que l’homéopathie est plutôt conseillée pour certaines pathologies que pour d’autre ?

Oui, enfin je ne sais pas si elle est plus indiquée pour certaines pathologies. En tout cas il y a certains produits qui sont plus utilisés pour certaines maladies que pour d’autres. Les médicaments homéopathiques sont plus utilisés pour des problèmes musculo-squelettiques, dans les infections des voies aériennes, donc les bronchites ou les rhinopharyngites. Ils sont également beaucoup utilisés dans les troubles anxio-dépressifs et du sommeil, dans les troubles dermatologiques et en gynécologie. Par contre les médicaments sont très peu utilisés pour les problèmes cardiovasculaires et pour le traitement de pathologies très lourdes comme le cancer.

D’après certains articles, l’homéopathie serait capable de guérir des pathologies graves. Que pensez vous de cela ?

L’homéopathie ne soigne pas le cancer. Cependant elle vient en complément du traitement général du cancer pour traiter les effets invulnérables. Par exemple, si on traite un cancer par radiothérapie, ça fait des brulures. Il existe des médicaments homéopathiques qui permettent de traiter ces brûlures ou les prévenir. C’est donc tout à fait complémentaire.

Qui sont les principaux prescripteurs de médicaments homéopathiques ?

Il y a deux catégories de médecins qui prescrivent les médicaments homéopathiques: il y a les médecins homéopathes, ceux qui ont été formés et qui s’affichent comme médecin homéopathe et qui prescrivent ces médicaments: ça fait environ 60% de leurs prescriptions. Il y a deux mille médecins homéopathes en France à peu près. Puis il y a également environ onze mille médecins qui prescrivent régulièrement l’homéopathie, pratiquement tous les jours, à environ 10 à 15% de leurs patients. Ce sont des prescripteurs occasionnels réguliers, mais qui ne s’affichent pas comme médecins homéopathes.  Aujourd’hui les médicaments homéopathiques s’intègrent à la pratique des médecins.

D’après vous, les pharmaciens sont-ils suffisamment formés pour vendre vos produits ?

Les pharmaciens se forment, effectivement, de plus en plus. Nous avons des actions de formation pour les pharmaciens pour leurs apprendre à conseiller un médicament. Ils peuvent aussi se former dans le cadre de la formation continue du pharmacien.

Et vous-même qui travaillez dans une grande entreprise homéopathique comme Boiron, quel cursus avez-vous suivi pour en arriver là ?

Alors moi j’ai fait mes études dans d’autres domaines : premièrement dans la gestion et ensuite j’ai fais d’autres formations en biostatistique et en pharmacologie.

Les homéopathes suivent ils un cursus particulier ?

Les médecins homéopathes sont avant tout des médecins qui choisissent à un moment donné de suivre une formation complémentaire. Dans ce cas ils viennent s’inscrire à des formations soit dans des écoles privées soit à l’université.